Il est possible jusqu'au 31 décembre 2012 de souscrire au capital d'une entreprise innovante et de bénéficier d'une réduction d'impôt sur la fortune non négligeable, à savoir près de 75% dans une PME, 75% si l'on a recours à une holding et près d 50% si l'on souscrits à des parts de placements (FIP ou FCPI).
Cette réduction fiscale se transforme alors en un moyen de doter en fonds propres les entreprises innovantes lorsqu'elles sont en phase d'expansion ou de démarrage et qu'elles dégagent un fort potentiel.
Cette résolution vient de l'inquiétude sur l'avenir de l'ISDF qui sera soit réduit soit supprimé à terme ; le dispositif de réduction de l'ISF en investissant dans le jeunes entreprises innovantes intervient dans la limite de 50000 euros pour les investissements directs ou en passant par les holdings.

La réduction de l'ISF dans ce cas présent est valable uniquement pour une création ou une augmentation de capital et a été étendue aux dirigeants d'entreprise qui sont à même d'apporter des fonds supplémentaires.
Pouvoir ne payer que la moitié de l'ISF conduit inévitablement à avoir pris un risque assez conséquent, c'est pourquoi les perspectives de ce type d'entreprise peuvent engendrer une rentabilité supérieure à un placement classique dans l'immobilier par exemple.

Quelles conditions remplir ?
Il faut que l'entreprise innovante soit créée depuis au moins 5 ans et qu'elle soit toujours en phase dit d'amorçage, de démarrage ou d'expansion. Il faut également qu'elle emploie moins de 50 salarié, qu'elle réalise un chiffre d'affaire annuel inférieur à 10 millions d'euros et qu'elle ne relève pas des secteurs de al construction navale, ni de l'industrie houillère et sidérurgie.