Plusieurs moyens de financements sont à la disposition d’une start-up pour se financer. On peut les classer en deux grands types : les financements publics et les financements privés

Financements publics

<

p style= »text-align: justfy; »>On distingue :

<

p style= »text-align: justify; »>• Le love money qui est une technique par laquelle l’entrepreneur perçoit des fonds en provenance de proches, d’où le nom « love money ». Ces fonds peuvent être octroyés sous forme de dons ou de prêts sous seing privé généralement sans taux d’intérêt.

<

p style= »text-align: justify; »>• Le Crowdfunding qui est une technique de financement qui consiste à mobiliser les fonds en faisant appel en un nombre important de personnes (qui peuvent ne pas se connaitre, à contrario du « love money ») qui vont effectuer des investissements minimes, dont l’accumulation permet de dégager les ressources nécessaires.

<

p style= »text-align: justify; »>• Les soutiens publics qui regroupent l’ensemble des concours et aides consentis par les états ou administrations territoriales aux jeunes entreprises sur le plan financier (garantie au crédit,…), fiscal (exonération d’impôts,…) et économique.

• Le prêt d’honneur qui est un concours octroyé sans constitution de garantie aux créateurs d’entreprises (donc sur l’honneur, d’où le nom). Il est généralement à taux zéro.

Financements privés

<

p style= »text-align: justify; »>On a principalement :

<

p style= »text-align: justify; »>• les Business Angels qui sont des particuliers qui réalisent des apports en numéraires et en industries aux entreprises innovantes à fort potentiel de croissance, comme les start-ups, surtout dans la phase d’amorçage de leur activité

• Le capital investissement qui consiste pour un investisseur, à injecter des fonds dans une entreprise, en recevant des parts sociales en contrepartie. Le capital investissement peut revêtir les formes de capital risque ou de capital développement.