Les backlinks, Kezako ?

Définition d’un lien hypertexte

Un lien hypertexte, c’est un texte présent dans une page web sur lequel on peut cliquer pour se rendre sur une autre page web.

Par exemple, sur la page ci-dessous, http://www.mon-site.com, quand nous cliquons sur le lien aller sur Google, nous arrivons sur la page http://www.google.fr.

Le code source de la première page (http://www.mon-site.com) se présente comme suit,

… <a href= »http://www.google.fr »>aller sur Google</a>.

href contient l’url (adresse) de la page web pointée, ici http://www.google.fr le texte affiché est contenu entre les balises <a …> et </a>, ici aller sur Google.

Pour obtenir le code source d’une page web sous Internet Explorer, cliquez sur Affichage/Source. Une fois le code source affiché, pour obtenir les liens hypertextes sous Internet Explorer, cliquez sur Edition/Rechercher… Une boîte de dialogue s’ouvre.

Renseignez-la avec la séquence de mots a href puis validez.

– Un backlink, c’est quoi ?

C’est un lien hypertexte !!!

En référencement, le terme backlink désigne la même chose (à peu près) que le terme lien hypertexte en HTML.

Lien hypertexte (en HTML) = backlink (en référencement)

Lorsqu’une page web (source) fait un lien vers une seconde page (destination) d’un autre site web, la première est un backlink de la seconde.

Dans l’exemple précédent, la page web http://www.mon-site.com est un backlink de la page web http://www.google.fr.

Si dix pages web pointent sur une page web, celle-ci a dix backlinks. En ajoutant le nombre de backlinks de chaque page web d’un site web, on obtient le nombre total de backlinks du site web.

– Comment connaître mes backlinks ?

La commande « link: » de Google

Avec Google, pour connaître le nombre de backlinks de la page web http://www.siteduzero.com/tuto-3-6-0-apprenez-a-creer-votre-site-web.html, il suffit de taper link:http://www.siteduzero.com/tuto-3-6-0-apprenez-a-creer-votre-site-web.html.

A la date du 15 mai 2009, plus de 100 pages web ont un lien vers cette page web.

Attention, Google comptabilise aussi les liens internes (provenant du même site web, ici de http://www.siteduzero.com).

La commande « link: » de Yahoo

Avec Yahoo, pour connaître le nombre de backlinks de la page web http://www.siteduzero.com (uniquement la page d’accueil), il suffit de taper link:http://www.siteduzero.com. Vous serez alors redirigé vers Yahoo Site Explorer, outil Yahoo d’analyse de sites web.

A la date du 15 mai 2009, plus de 100 000 pages web ont un lien vers cette page web (uniquement la page d’accueil).

Attention, Yahoo comptabilise aussi les liens internes (provenant du même site web, ici de http://www.siteduzero.com). Cette commande est bridée chez Google. Yahoo annonce des chiffres plus élevés, ce qui ne veut pas dire que l’index de Yahoo est plus important.

La commande « linkdomain: » de Yahoo

Yahoo permet en plus de connaître l’ensemble des backlinks d’un site web en tapant linkdomain:http://www.siteduzero.com.

A la date du 15 mai 2009, plus de 200 000 pages web (externes et internes confondues) pointent vers une des pages du site web http://www.siteduzero.com.

Remarquez que le nombre de résultats retournés pour les deux requêtes link: et linkdomain: n’est pas le même.

 

– Les backlinks, à quoi ça sert ?

Les backlinks vous rendent plus visible sur Internet. A quoi bon avoir un site web, si personne ne le visite ?

Plus de backlinks, c’est plus de visiteurs

Plus vous aurez de liens pointant vers vos pages web, plus vous ouvrirez de portes aux internautes pour accéder à votre site web. A chaque fois qu’un site qui fait un lien vers vous reçoit un visiteur, celui-ci peut arriver à votre site web. Vous profitez donc indirectement de la visibilité et de la qualité du référencement de ces sites web.

Autrement dit, plus il y a de backlinks, plus il y a de visiteurs.

Plus de backlinks, c’est être mieux placé dans les moteurs de recherche

Les trois principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo et Microsoft Bing) se partagent 90% du marché de la recherche sur Internet.

Pour déterminer le classement d’une page web par rapport à un mot-clé, ils sont influencés par le nombre de backlinks qu’elle possède. Chaque backlink est considéré comme un vote.

un backlink = un vote

Plus elle aura de backlinks, plus elle sera populaire sur la toile, meilleur sera son positionnement. Mais attention, tous les backlinks ne se valent pas. Certains ont plus de poids que d’autres

– A qui demander un backlink ?

Comme nous le disions précédemment, il est important, pour avoir un bon référencement, d’avoir des backlinks de qualité. En effet, tous les backlinks ne se valent pas.

Le backlink doit être indexé

La page qui accueille le backlink doit être indexée dans les principaux moteurs de recherche (Google, Yahoo, MSN,… ). Dans le cas contraire, elle est sans intérêt et ne sera pas comptabilisée comme un backlink car elle n’existe pas au sens des moteurs de recherche.

Pour le vérifier, la procédure est la même pour tous les moteurs de recherche, il suffit d’y saisir l’url de la page recherchée.

La page http://www.gnoztik.com/seo-faq.htm est indexée par Google, on le voit ici : http://www.google.fr/search?hl=fr&q=http%3A%2F%2Fwww.gnoztik.com%2Fseo-faq.htm&btnG=Recherche+Google&meta=&aq=f&oq=.

On peut constater que le premier résultat est la page web pour laquelle nous avons fait la recherche.

Par contre la page http://www.gnoztik.com/seo-faeq.htm (elle n’existe pas) n’est pas indexée par Google, on le voit ici : http://www.google.fr/search?hl=fr&q=http%3A%2F%2Fwww.gnoztik.com%2Fseo-faeq.htm&btnG=Recherche+Google&meta=&aq=f&oq=.

Google propose une autre recherche indiquant par là l’inexistence de la page web (et pour cause, elle n’existe pas) dans son index.

Pas trop de liens sortants

La page qui accueille le backlink doit avoir un maximum de cent liens sortants (une vingtaine est préférable). Autrement dit, elle ne doit être un backlink que pour cent pages au maximum. Au-delà le lien est dilué et perd toute valeur aux yeux des moteurs de recherche.

Pour faire simple, la page web qui accueille le backlink a une popularité propre auprès des moteurs de recherche. Elle redistribue cette popularité aux pages web qu’elle pointe. Mais cette redistribution est inversement proportionnelle au nombre de liens qu’elle fait. Si elle fait vingt liens, chacun de ces liens s’en partage un vingtième. Si elle en fait cent, c’est un centième. Cette représentation est schématique, elle a valeur pédagogique car la réalité est plus complexe.

Le thème doit être proche

La page web qui pointe (le backlink) et celle qui est pointée (la vôtre) doivent avoir des thématiques proches. Inutile d’avoir un backlink en provenance d’une page web qui parle de cuisine chinoise pour une page web qui traite de moto. Par contre une page web sur la sécurité routière ou sur les sports mécaniques est pertinente.

Un PageRank proportionné

La page qui pointe (le backlink) doit avoir un PageRank légèrement supérieur (1 à 2,maximum 3) à celui de votre page, au-delà ça devient suspect pour Google. De ce qui suit ressort une première conclusion, les backlinks que proposent les annuaires sont la plupart du temps sans intérêts (à cause du nombre de liens sortants trop importants et de la thématique souvent mal ciblée).

– Quel lien pour un bon backlink ?

Après un pénible travail de collecte, vous avez enfin trouvé une page web intéressante prête à faire un backlink vers la vôtre. Ce n’est pas le moment de perdre votre vigilance, prenez garde au type de lien qu’on vous propose.

Un backlink « en dur » sinon rien !!!

Ce doit être un lien « en dur », exit les redirections et le Javascript.

A éviter, <a href= »javascript:window.open(‘http://www.gnoztik.com’); »>logiciel référencement gratuit</a>.

Conseillé, <a href= »http://www.gnoztik.com »>logiciel référencement gratuit</a>.

Les annuaires offrent souvent des liens Javascript ou des redirections. Ceci est une raison supplémentaire pour ne pas y passer trop de temps.

Méfiez-vous des liens avec attribut « rel=nofollow »

Ces liens servent à indiquer aux moteurs de recherche que le lien ne doit pas être considéré comme un vrai backlink. De nombreux blogs utilisent cette technique pour éviter d’être spammé par des commentaires qui n’ont pour unique vocation que d’être des backlinks artificiels.

Nombreux sont les blogs avec des commentaires sans intérêts du genre « vraiment très intéressant comme article », « encore un super article ». La plupart du temps, ils servent à leur auteur à récupérer un backlink vers leur site web, via la signature du commentaire. Il est positionné à l’initiative des webmasters, il faudra donc le préciser lors de votre demande de backlink.

Faux backlink : <a href= »http://www.gnoztik.com » rel= »nofollow »>logiciel référencement gratuit</a>.

Vrai backlink : <a href= »http://www.gnoztik.com »>logiciel référencement gratuit</a>.

Pas de backlink en bas de page

Ce doit être un lien situé dans le contenu de la page. Privilégiez le haut de la page. Le pied de page est très déconseillé.

Variez les pages web ciblées par vos backlinks

Evitez de demander des backlinks qui pointent tous sur une même page de votre site web (en général votre page d’accueil).

Multipliez les liens vers différentes pages de votre site web, ceci apparaît plus naturel aux moteurs de recherche et augmente vos chances d’être trouvé.

– Quel texte pour mes backlinks ?

Nous savons présentement comment choisir la page qui va accueillir notre backlink, le type du lien à y inclure, nous poursuivons maintenant nos pérégrinations au pays des backlinks.

En matière de backlinks, rien n’est à négliger et nous arrivons enfin à l’ultime étape, celle relatif au choix du texte (ancre) à faire figurer dans nos backlinks.

Des mots-clés stratégiques

Le texte doit nécessairement inclure des mots-clés importants. Il s’agit des mots-clés sur lesquels vous voulez positionner votre page web.

Si votre page web parle de football,

A éviter, <a href= »http://www… »>cuisine chinoise traditionnelle</a>, vous serez peut-être bien positionné sur « cuisine chinoise traditionnelle », mais ceux qui arrivent sur votre page web en tapant cette séquence dans Google risquent fort de quitter rapidement votre site web.

A éviter, <a href= »http://www… »>cliquer ici</a>, vous serez peut-être bien positionné sur « cliquer ici », mais c’est sans intérêts.

Conseillé, <a href= »http://www… »>maillot de foot marseille</a>, vous serez peut-être bien positionné sur « maillot de foot marseille », et ceux qui arrivent sur votre page web en tapant cette séquence dans un moteur de recherche risquent fort de rester sur votre site web.

Des mots-clés variés

Evitez d’avoir le même texte dans tous vos backlinks.

En principe, vous recevez un backlink quand un webmaster apprécie votre page web. Le texte qu’il y met est de sa propre initiative. Il y a donc peu de chances qu’ils se passent tous le mot pour indiquer la même séquence texte dans le lien qu’ils font vers votre page web. Un même texte dans tous vos backlinks apparaît donc suspect aux moteurs de recherche et peut vous pénaliser.

Si votre page web parle d’immobilier,

A éviter, toujours la même séquence de mots-clés « location appartement paris ».

Conseillé, des séquences de mots-clés variées autour de votre thématique location appartement paris, « vente appartement paris », « location appartement marseille », « vente appartement marseille », « location maison paris », « vente maison marseille », etc.

2 à 3 mots au minimum

Le texte doit comporter deux à trois mots au minimum. Une séquence de trois mots permet de cibler plusieurs mots-clés.

Si votre page web parle d’immobilier,

Conseillé, <a href= »http://www… »>location appartement paris</a>, vous serez peut-être bien positionné sur « location appartement paris », mais également sur « location appartement » et « appartement paris », ce qui augmente vos chances d’être trouvé sur les moteurs de recherche.

Attention aux fautes d’orthographe

Le texte doit être sans fautes d’orthographe. Cette erreur est plus fréquente qu’on ne croit. Il serait dommage après tant d’efforts de réduire ceux-ci à néant par une maladresse de dernière minute.

Si votre page web parle d’immobilier,

A éviter, <a href= »http://www… »>loction apprtement pars</a>, vous serez peut-être bien positionné sur « loction apprtement pars », mais comme personne ne tape cette séquence dans les moteurs de recherche, c’est sans intérêt.

– Quelle stratégie adopter pour accroître mes backlinks ?

Vous en savez maintenant suffisamment pour partir à la recherche de nouveaux backlinks.

Nous recensons ici, trois stratégies classiques : les annuaires, la méthode dite du link ninja, et la méthode dite du link baiting.

Il est, bien entendu, possible et même souhaitable, de mixer ces trois techniques. On prendra néanmoins garde à éviter autant que possible l’effet SandBox.

 

Les annuaires

Les débutants en référencement passent souvent beaucoup de temps pour inscrire leur site web dans des tas d’annuaires. Si cette approche pouvait être payante il y a quelques années, aujourd’hui elle est contre-productive. Elle n’occasionne que perte de temps, éventuellement d’argent, de crédibilité et peut vous pénaliser.

La plupart des annuaires (pas tous) ont mauvaise presse auprès des moteurs de recherche.

Ce sont des agglomérations de liens les plus divers sans aucun autre contenu que des publicités et des interminables descriptions de sites web qui vantent tous leurs mérites. Leurs pages web ont donc souvent des contenus très hétérogènes et des centaines de liens (souvent en Javascript, donc de faux backlinks). A la lumière de ce que vous savez maintenant sur le NetLinking, dans le meilleur des cas, ces backlinks sont de piètre qualité. A part quelques annuaires majeurs ou très spécialisés, ils ne valent pas la peine que vous vous y arrêtiez.

Certaines sociétés peu scrupuleuses vantent et vendent l’inscription automatique dans des milliers d’annuaires, alors qu’elles savent pertinemment l’inefficacité de la démarche et même son caractère nocif. Souvent, elles ont elles-mêmes mis en place ces annuaires avec des scripts automatisés (qu’il est facile de trouver sur Internet). Passez votre chemin !

Le link ninja

Que se cache t-il derrière cette expression, pour le moins, saugrenue ?

Les adeptes du link ninja s’efforcent de construire un réseau de backlinks complètement sur mesure. Ils partent (parfois à l’aide de logiciels) à la recherche des pages web candidates susceptibles d’accueillir un backlink à forte valeur ajoutée (référencement) vers l’une de leurs pages web. Pour ce faire, ils sélectionnent des pages web présentes dans l’index des moteurs de recherche majeurs et ayant, un thème apparenté à la page web qu’ils veulent voir pointée, une notoriété suffisante (nombre de backlinks), un nombre raisonnable (pas trop important) de liens sortants (dilution faible de la notoriété), et un PageRank légèrement supérieur à la page web qu’ils veulent valoriser.

Une fois la sélection faite, ils contactent les webmasters de ces sites web pour négocier un échange de liens. Les intérêts de cette approche sont multiples. Elle permet notamment : de choisir exactement les pages web qui seront pointées, de quantifier exactement le nombre des backlinks pour chacune de ces pages web, de choisir le niveau de proximité thématique entre backlinks et pages pointées, de choisir les textes (ancres) des backlinks, d’obtenir des backlinks de pages « anciennes » qui ont souvent davantage d’autorité.

C’est un travail de précision qui demande beaucoup de temps et est souvent laborieux (beaucoup d’échanges d’emails, vérification des backlinks, etc.). Le résultat est quant à lui très efficace lorsque la campagne est bien menée.

Le link baiting

Le link baiting (to bait = appâter) vise aussi à l’accumulation de backlinks, mais par d’autres moyens.

Dans le link baiting, les backlinks se font sur l’initiative des webmasters qui trouvent un intérêt à pointer vers l’une des pages de votre site web. On laisse ici le backlink se faire naturellement.

Mais qu’est ce qui peut pousser un webmaster à vous offrir un backlink ?

Le concept est simple, il faut lui donner envie de pointer vers votre site web.

Comment donner envie aux webmasters de pointer vers votre site web ?

Il vous faut proposer un contenu de qualité et différencié par rapport aux autres sites web.

Vous pouvez, par exemple : publier un scoop, traduire un article de référence, concevoir un événement original, publier un article polémique qui fera réagir, proposer un service gratuit, rédiger un livre blanc gratuit, proposer un service innovant, vous démarquer par une compétence très spécifique, mettre à disposition un feed RSS (souvent repris par des sites aggrégateurs de contenu), etc.

En bref, faire du buzz autour de votre site web.

Link Ninja contre Link Baiting

Les deux techniques qui précédent ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients.

Le link ninja permet de mettre en place le réseau de backlinks désirés : choix des ancres, des pages pointées comme des pages qui pointent, etc. Le principe est simple, on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Toutefois, la mise en place de ce réseau est laborieuse. Elle se fait au prix de très lourds efforts et prend beaucoup de temps. De plus, souvent les backlinks sont en fait des échanges de liens qui ont moins de poids dans les moteurs de recherche car ils sont identifiés comme une tentative de gonflement artificiel de la popularité d’un site web. Les échanges de liens triangulaires sont aussi aisés à identifier par les moteurs de recherche.

Le link baiting est plus aléatoire quant au résultat final. Il est difficile de maîtriser la croissance d’un réseau de backlinks avec cette méthode. Il n’y a pas de choix sur les ancres, les pages pointées, etc. Tout ceci provoque souvent une distribution très inégale des backlinks sur l’ensemble des pages d’un site web, avec souvent une forte dominance de la page d’accueil. Par contre, l’effort est nettement moindre. Les backlinks ne sont pas des échanges de liens, ce sont de vrais backlinks (plus de valeur). Parfois, il y a la bonne surprise de récolter des backlinks de sites web de référence, qui font autorité dans leur secteur d’activité, et qui donne un vrai coup de pouce au référencement.

Ces deux techniques sont complémentaires et il faut savoir user de l’une et de l’autre au gré de la nécessité. Dans un premier temps, le link baiting semble plus approprié. Il renvoie finalement à la nécessité de produire du contenu original et de qualité, sans lequel tout travail de référencement est vain. Dans une seconde phase, le link ninja pourra venir compenser les lacunes du link baiting qui produit rarement un résultat équilibré. Par des actions plus précises ciblant des pages web et des mots-clés précis, vous étendrez la surface d’exposition de votre site web en mettant en valeur les pages web sous-exploitées.