Le géant américain du référencement à mis en route la dernière version de son algorithme de <i>ranking</i> le 24 avril dernier. Dénommée « Penguin » (c’est-à-dire « Manchot » en français, et à ne pas traduire par « Pingouin ») cette nouvelle version classe à présent les sites en fonction de leur honnêteté vis-à-vis des internautes et de leur respect des recommandations pour l’optimisation du référencement (SEO) émises par Google. Elle pénalise surtout certaines pratiques largement partagées et qui contournaient certaines limitations de la version précédente, « Panda ».

Comme à chaque modification de l’algorithme de Google le petit monde du référencement entre en ébullition. On le constate à nouveau. Les commentaires des spécialistes du référencemen vont bon train sur les blogs, les forums et les sites dédiés. Les sociétés spécialiséess’emparent également du problème et ont déjà commencé à tester l’algorithme comme une boîte noire pour essayer d’en comprendre les mécanismes internes.

Par exemple, il semble aujourd’hui acquis que Google Penguin pénalise, et très fortement d’ailleurs, les pages d’un site individuellement plutôt que le site dans sa globalité.

On comprend bien dès lors tout l’intérêt qu’ont les propriétaires de sites marchands à prendre conseil auprès d’ experts ou à suivre une formation en SEO.

Les sites classés par Google dans la catégorie « Black Hat Webspam » sont en effet très pénalisés aujourd’hui, quand les sites vertueux, de classe « White Hat », bénéficient eux d’une remontée parfois spectaculaire dans les classements rendus par Google.

 

pingouin google