Pour démarrer une start-up, celle-ci dispose de divers moyens pour être financée :

<

p style= »text-align: justify; »>1/ Les Business Angels

<

p style= »text-align: justify;Ce sont souvent d’anciens chefs d’entreprise qui décident de consacrer une partie de leur ragent dans de jeunes entreprises qu’il aident alors sur le plan financier et sur le plan de la gestion.

<

p style= »text-align: justify;Aussi difficile à démarcher toutefois que n’importe quel capital investisseur traditionnel, les Business Angels (BA) ont des critères d’investissement différents mais ont besoin qu’on leur présente un projet solide, structuré et ils investiront plus facilement au jugé, au feeling comme on dit et en fonction des affinités qu’ils auront avec le produit et le créateur d’entreprise notamment. Comme ce sont des hommes d’affaire d’expérience, aguerris, ils seront d’une très grande exigence.
ur faire appelPo aux BA, il est indispensable de s’entourer au préalable de compétences utiles telles qu’un cabinet financier, d’avocats, d’experts-comptables, etc.

<

p style= »text-align: justify; »>2/ Le capital-risque

Quoiqu’il arrive, le projet soumis pour le financement d’une start-up doit comporter certaines particularités afin de susciter un investissement de qualité et quantitatif, à savoir :
– avoir fait preuve de sa réussite par le passé ;
– posséder des dirigeants aguerris en matière de marketing et technologie ;
– avoir des compétences complémentaires
– être tenace, décidé, imaginatif et être engagé dans ce que l’on fait.

L’investisseur qui finance une start-up doit se dire que le projet est viable et ce sous toutes les coutures, quel que soit le domaine expertisé, qu’il est cohérent.