Le Groupe Eurasia a investi au Havre dans des entrepôts pour l’import / export entre la Chine et la France

le Costarmoricain a annulé sa plainte contre M WANG, Eurasia Groupe

 

Les entrepôts du Havre sont un lieu d’échange entre la Chine et l’Europe

En 2011, Eurasia, dirigée par M.Wang, a racheté pour 7 millions d’euros les anciens entrepôts Sage, au Havre dans le département Seine-Maritime.

 

« La société est actuellement détenue par la famille Wang à plus de 51 % », déclare Lionel Wang, sans autres précisions. Le rapport annuel 2010 indique que 39,57 % des actions sont détenues par le président Hsueh Shen Wang, à 37,61 % par le fonds d’investissement BG (également dirigé par Hsueh Shen Wang) et à 19,45 % par des investisseurs qualifiés, alliés.
Le solde du capital est détenu par les autres membres de la famille Wang ainsi que par des membres des familles Li et Wu. Le capital flottant destiné à la cotation en bourse (New York stock exchange Euronext) est de 0,01 %, ce qui préserve la société de tout risque d’OPA (Offre publique d’achat) ainsi que des fluctuations du marché et du risque d’une trop forte dévalorisation. Suite à cette introduction en Bourse, qui s’est faite il y a un an, « Eurasia Groupe a pu lever 12 millions d’euros », précise Lionel Wang.
L’entreprise a été créée en 1993 à Cambrais. Une « success story » de la diaspora chinoise en France ! Au démarrage, il s’agissait d’une petite société de vente de détail de produits textile et de maroquinerie fabriqués en Chine, destinés aux comités d’entreprises (Alcatel et Crédit Agricole) ainsi qu’aux chaînes de magasins Kiabi, Auchan, Babou, Intermarché, La Foire Fouille, Pimkie et Bonnes Affaires. A partir 2001, la société s’est réorientée sur des activités d’immobilier d’entreprise. 

 

 

Aujourd’hui, où en sont les projets de l’homme d’affaires ? 

 Hsueh Sheng Wang, l’homme d’affaires qui avait racheté en 2011 les entrepôts Sage du Havre (Seine-Maritime) n’est pas « retenu » en Chine : la direction d’Eurasia dément les informations publiées par le quotidien Le Monde mardi 25 juillet 2017, et affirme poursuivre ses projets en Normandie.

M. Wang n’est pas « retenu » en Chine

Selon Le Monde, « M. Wang » serait « retenu » en Chine « dans des conditions floues », depuis « plusieurs semaines ». Le quotidien cite « l’entourage » de l’homme d’affaires et évoque « des soupçons de corruption à son égard » qui se seraient « renforcés ces derniers mois ».

 

 

C’est faux, affirme à Normandie-actu la direction d’Eurasia Groupe, son entreprise :

M. Wang s’est rendu en Chine pour un congrès. Il a eu quelques soucis de santé qui l’ont amené à être hospitalisé. 

Sur les raisons pour lesquelles l’homme d’affaires était toujours, vendredi 28 juillet 2017, en Chine, Eurasia précise : « Nous l’avons tous les deux ou trois jours au téléphone. M. Wang est éloigné, mais le suivi de l’entreprise est assuré. »

Eurasia Groupe dénonce le fait que l’article du Monde laisserait entendre que M. Wang serait en fuite et précise :

Il s’agit d’une information judiciaire. M. Wang n’a pas été entendu par les services de police. Le parquet national financier pourrait décider de classer sans suite. Si nécessaire M. Wang, et Mme Wang, qui se trouvent sur le territoire national, se tiendront à la disposition de la justice. Mais cette affaire ne concerne pas Eurasia.

 

 

Un projet ambitieux au Havre

Né en Chine, arrivé en France, sans papiers en 1978, à l’âge de 13 ans, l’homme d’affaire d’Aubervilliers Hsueh Sheng Wang a d’abord fait dans la restauration et le textile, avant de se tourner vers l’importation, puis l’immobilier et la logistique. Sa société, Eurasia, gère notamment de nombreux entrepôts en région parisienne. 

En 2011, Eurasia a racheté pour 7 millions d’euros les anciens entrepôts Sage, au Havre : un terrain de 14 ha pour une surface de stockage de près de 75 000 m2. Le projet était ambitieux : plus de 22 millions d’euros d’investissements prévus pour faire du lieu, idéalement placé sur un nœud routier et non loin des voies ferrées, en bordure du canal de Tancarville, une plate-forme logistique et commerciale, avec des espaces de stockage, des showrooms et des bureaux, consacrée à l’import-export entre la France et la Chine.

À l’époque, la transaction entre Eurasia et la Ville du Havre avait été très médiatique : Le Figaro titrait Un Chinois rachète une partie du port du Havre  l’entrepreneur franco-chinois devait participer à la redynamisation du port du Havre.

M. Wang, personnage jusque-là discret, était présenté comme un symbole de réussite, et un trait d’union entre la Chine et la France.

Hsueh Shen Wang sur TV5 Monde en 2011 : 

Trois ans plus tard, le quotidien Paris-Normandie faisait le point.

Certes, des travaux avaient commencé, mais seules deux associations, La Banque alimentaire et les Restos du cœur, étaient hébergés sur le site, tandis qu’une grande partie de la surface était vide. 

Nous n’avons pas trop mal avancé mais, vu la conjoncture, moins vite que prévu, concédait M. Wang à LCI. Nous sommes patients. Il faut laisser du temps au temps.

« Plus commercial que logistique »

 

En 2011, la vente de ces anciens entrepôts Sage est signée en grande pompe par le maire de l’époque, Edouard Philippe.

La mairie empoche sept millions d’euros et la promesse que ce no man’s land va être transformé en un grand pôle d’import-export avec la Chine. Le groupe Eurasia dirigée par Hsueh-Sheng Wang promet 16 millions d’euros de travaux pour tout remettre à neuf. Une affaire rondement menée donc.